Script générateur de phrases

dimanche 11 août 2013

Le royaume de la folie

Georges avait depuis longtemps entendu parler d’un endroit si horrible, si atroce que personne n’osait y aller, il pensait évidemment que c’était une légende. Mais toute légende a un fond de vérité.


Georges arriva devant l’endroit, la peur au ventre il poussa la porte, et comme il est dit dans la légende, se présenta à la demeure espérant une réaction. Il se mit à avancer quand tout à coup un garçon essaya de le poignarder avec une patate en lui hurlant :" GO TO POTATO !!!" Georges se mit à courir, quand il tomba sur deux hommes qui disaient être des oracles, l’un d'eux était un nazi qui avait comme arme un Bescherelle tandis que l’autre était très calme et mangeait un tiramisu au spéculoos.
 Ils lui posèrent une seule question :" Qui défieras-tu en duel ?" Confiant, il prit celui qui était nommé Tripoda, mais il ne s’attendait pas à ce qu’il sorte une carte yu-gi-oh, et encore moins à ce que cette carte soit celle d’une fille déguisée en Kuriboh ! Alors qu’il se croyait foutu, un homme masqué tua le Kuriboh en disant : "Nul n’échappe au stalker !!" Georges saisit l’occasion et s’enfuit le plus vite possible. Sur le chemin il vit un homme en train de se concentrer sur son reflet en hurlant : "MAIS TU VAS TE DÉCLENCHER SHARINGAN DE MERDE ?!" Il n’y fit guère attention.


 Un peu plus loin il vit une fille avec des tentacules se disant être la slendergirl, il lui jeta une pokeball et prit la tangente, alors qu’il voyait le bout, il rencontra un homme assez grand qui répétait en boucle cette phrase : "Deux euros, deux euros mes belles cravates !! Y en a pour tous les goûts ! Si vous ne me prenez pas une cravate vous avez raté votre vie !!!" Il lui en acheta une en or et continua. Il voyait enfin le bout du chemin, enfin la liberté, quand soudain il heurta un homme grand et musclé qui lui sourit avant de lui dire : « Bienvenue sur Creepypasta from the crypt chair fraîche !! » Et là, toutes les personnes étaient devenues des zombies.       

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire